Lettre ouverte à un laïco-sceptique

Lettre ouverte à un Laïco-sceptique.

 

Cher Laïco-sceptique,

 

je t'écris aujourd'hui car je sais que tu es un bon démocrate et que, sans doute, tu as la République chevillée au corps, aussi ne comprends-je pas pourquoi je t'entends parfois clamer avec la meute le désormais incontournable : « Ils nous emmerdent avec leur laïcité. » et même parfois, dans un souci d'explication pragmatique qui t'honore : « La laïcité, c'est un combat du siècle dernier et d'ailleurs, on l'a gagné. N'avons-nous pas notre loi du 5-décembre, la loi de séparation ?  Que demander de plus ?». Cher Sceptique, il est toujours plus cool de fondre sa voix dans les aboiements de la meute, mais le problème est que, ce faisant, tu abandonnes un combat toujours d'actualité parce que toujours renouvelé à cause la pression des ennemis de la laïcité, qui veulent la détruire au nom de diverses doctrines, quelles soient religieuses, communautaires ou ethniques.

 

La laïcité, tu le sais et ne l'a pas oublié, s'appuie notamment sur les valeurs d'émancipation et d'autonomie de la personne, mais aussi sur la citoyenneté et sur la liberté commune qui passe par celles de conscience, de pensée et d'expression. Dis-moi, cher Sceptique, quelle autonomie et quelle émancipation t'offrent les religions et leurs chiens de garde, qui n'ont de cesse de t'enfermer dans des fables d'où ils tirent les dogmes qui feront de toi le sujet d'une fiction divine et l'objet d'une surveillance, bien terrestre celle-là ? Quelle citoyenneté préconisent-elles quand elles proclament que la loi de Dieu est supérieure à celles des hommes ? Des ailes te pousseraient-elles ? Serais-tu un combattant de Jésus, d'Allah ou de quelque autre divinité ? Elles sont si nombreuse que le ciel est trop petit pour les contenir toutes, d'où l'invention de l'Enfer qui accueille les divinités peu orthodoxes, maléfiques, mais magnifiques, comme Lucifer, le Porteur de Lumière ; si nombreuses que je te mets au défi d'en choisir une en toute lucidité.

Venons-en maintenant à la Liberté avec un grand L. Je l'ai déclinée plus haut en libertés plurielles : d'abord, force est de constater que la liberté de conscience est étrangère à tout dogme, qu'il soit religieux, politique ou même philosophique, en raison de la fermeture radicale que la notion même de dogme implique. La liberté de pensée, quant à elle, ne trouvera pas plus grâce à leurs yeux, car penser par soi-même (sapere aude) est très précisément déjà pécher. Enfin, pour ce qui est de la liberté d'expression, il n'y faut pas non plus songer. Il existe, et je n'en dirai pas plus car tu connais déjà tout ça, une police de la pensée, un système d'imprimatur, de nihil obstat et un « enfer » pour les publications réputées déviantes, hérétiques ou athées. Et ne crois surtout pas que ce soit une spécialité catholique, toutes les religions connaissent ce genre d'interdits. Toutes ont leurs apostats, leurs hérétiques et leurs déviants, certaines ne les font plus brûler en place publique, ici c'est très mal vu, 1789 est passé par là, d'autre instrumentalisent des assassins, tueurs stipendiés par Dieu, sûrs que leur action est bonne et pétris de bonne conscience. Au passage, ils ont remis la torture, le viol et toutes sortes d'horreurs à la mode.

Pour la citoyenneté, tu devras t'en passer, comme c'est Dieu qui décide de tout, je ne vois pas à quoi pourraient bien servir les instruments de la démocratie et donc le statut de citoyen. Exit, donc.

 

L'une des cibles préférées des ennemis de la laïcité est l'école, car comme l'a dit en son temps un jésuite dont je le nom m'échappe : « Le cerveau des enfant est comme de la cire vierge, on peut y imprimer ce que l'on veut ». Nous sommes, nous les Libres Penseurs, parmi ceux qui ont le souci de l'école républicaine, libre et gratuite et demandons sans cesse qu'on nous éclaire sur les attaques qu'elle subit. Jean-Michel Blanquer, Ministre de l'Éducation Nationale, y a enfin répondu le 11 de ce mois :« 402 cas ont été traités, entre avril et juin, par les équipes dédiées des rectorats », dont soixante ont été jugés suffisamment « difficiles » pour nécessiter un déplacement de ces équipes de coordonnateurs, dites « cellules laïcité », déployées sur le terrain, dans les établissements en question. Au total, un millier d’atteintes ont été signalées, sur cette même période de trois mois, grâce à l’adresse de saisine mise à disposition des enseignants, et la moyenne constatée s'établissait à trente signalements par jour avant les vacances d’été. Trente signalements par jours ! Il y en aurait entre quinze et vingt depuis la rentrée. « Ça fait beaucoup. », s'insurgent des associations d’enseignants.

 

Beaucoup, en effet.

 

Alors cher Sceptique, ne crois-tu pas qu'il est temps de te souvenir que la laïcité, cette déclaration de Paix, qui nous aident à vivre tranquillement nos croyances, quand nous en avons, notre adogmatisme si c'est notre non-choix, ou une mécréance assumée, citoyen d'un pays qui a su mettre à leurs justes places, du moins en principe, les lobbies que sont les structures religieuses toujours à la recherche d'une main-mise sur la société, ses règles et ses lois. Assez ! Nous ne pouvons l'admettre.

Respectons la diversité qui est la vraie richesse de ce pays et combattons les forces centripètes, unifiant autour elles-mêmes (ô servitude volontaire!), mais promptes à jeter l'anathème sur tout ce qui n'entre pas dans leur sphère d'influence. Défendons la République qui, je le rappelle, ne connaît que des citoyens égaux en droit et en devoir. Qui n'ignore rien des religions et parle avec elles, mais ne leur permet pas de dicter la loi, apanage des élus de la République. D'ailleurs, à ce sujet, je t'invite à une vigilance toute particulière, car tu les verras bientôt chercher à piloter les futures lois de bio-éthique, au nom de leur Dieu. À cette occasion, rappelle-leur, avec moi, que la « Foi ne fait pas la loi ». Entends-tu ce programme émancipateur, maintenant ? Es-tu prêt à y ré-adhérer ?

 

Voilà, Cher Laïco-sceptique, ce que je voulais te rappeler, avant de t'inviter à sortir d'un confort factice, qui pousse à la cécité. Te rappeler donc que la défense de la laïcité est un combat infini, toujours d'actualité, afin d'écarter les dégâts potentiels d'une «main-mise» sur une société civile libre et fière de l'être, en une société confessionnalisée, soumise à des hurluberluteries infantilisantes et, de plus, en guerre permanente avec celle d'à côté, si semblable et pourtant proclamée radicalement différente.

 

La religion, c'est la guerre. Souviens-t-en. La laïcité c'est la Paix civile. Sois-en persuadé.

 

Orlando

 De l'Union Mondiale de la Libre Pensée

et de l'Association des Libres Penseurs de France.