GAFAM, censure et démocratie

GAFAM, Censure et Démocratie

 

Les géants du net appelés à sous-traiter la censure étatique, un réel danger pour la démocratie

 

Le rapport sur « les observations et les recommandations de la Commission spéciale sur le terrorisme » prévoit, entre autres mesures, de confier la sous-traitance de la censure aux géants de l’internet

 

Excluant tout débat, la Commission manœuvre à l’insu du grand public (suivre ce lien), ce qui est extrêmement préoccupant, notamment à propos de la censure qu’elle envisage de confier aux géants du Net.

 

//cdn.pixabay.com/photo/2016/03/31/23/11/scissors-1297454__340.png

 

Des « mesures proactives »

Les propositions du Parlement Européen et du Conseil relatif à la prévention contre la diffusion de contenus à caractère terroriste en ligne réglementeront l’automaticité de la censure fournie par Facebook et Google.

Ainsi se met en place un recours à la censure automatique préventive, paramétrée par les autorités concernées et les géants du web. Des « autorités compétentes », seront habilitées à superviser ces mesures proactives

Quelles seront-elles ? Qui les désignera ?

Extrait du rapport :« Aux fins du présent règlement, les États membres devraient désigner des autorités compétentes. L’obligation de désigner des autorités compétentes n’impose pas nécessairement la création de nouvelles autorités ; il peut en effet s’agir d’organismes existants chargés des fonctions prévues par le présent règlement. Celui-ci exige la désignation d’autorités compétentes chargées d’émettre les injonctions de suppression et les signalements et de superviser les mesures proactives, ainsi que d’imposer des sanctions. Il appartient aux États membres de décider du nombre d’autorités qu’ils souhaitent désigner pour remplir ces tâches. »

Auguste charabia, bien propre à magouiller tout ce que l’on voudra, sans risque de contestation. Mais on peut s’inquiéter, sans verser dans la paranoïa, de l’usage futur et dévoyé qui pourrait être fait par les gouvernances actuelles de ces mesures –et d’autres à venir– d’une telle loi.

 

Un criant exemple de manipulation

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner dénonce les séditieux qu’il situe parmi les « Gilets jaunes » et lie sédition et terrorisme selon le raisonnement suivant : les « séditieux » sont des « criminels » et potentiellement des « terroristes ». Il n’y a donc qu’un pas, qui sera vite franchi pour justifier une censure totalement outrancière en cas de mouvement social contestataire s'exprimant sur internet. Le danger est bien là.

 

Un réel danger pour la démocratie

 

L’adoption définitive d’un tel dispositif entraînerait ipso facto, entre autres choses, une impossibilité d’usage du net pour l’organisation de rassemblements. Que ceux-ci soient pacifiques ou non, ils seraient rapidement mis dans le même panier s’ils déplaisent au pouvoir. Anastasie (la Censure) pourrait alors sévir de façon généralisée et préventive pour tuer dans l’œuf tout type de mouvement contestataire, fût-il bénin.

Dans nos démocraties abîmées, il n’y a rien que les pouvoirs redoutent autant si ce n’est le peuple. Le plus simple pour eux serait de pouvoir le dissoudre… Ils y songent, mais ce n’est pas aisé à faire !

 

Orlando